Cahiers pratiques


Systèmes de rémunération des associés
08/09/2006

Le lock-step

Les modes de répartition des revenus sont plus que jamais d’actualité dans un contexte de forte concurrence, attisé par des choix de plus en plus cartésiens de la part des consommateurs du droit.

Définition du lock step

Il s’agit d’un système de répartition des bénéfices entre associés qui vient des cabinets d’avocats britanniques. Les revenus sont partagés entre tous les associés selon le critère de l’ancienneté, qui prime ainsi sur la contribution de chaque associé. Ce modèle s’oppose notamment au système américain du « eat what you kill » basé sur la rentabilité des avocats.

Le cas du lock-step intrigue toujours. Qu’en est-il réellement ?

Précisons tout d’abord que le lock-step, à part quelques cas isolés, est essentiellement en application dans les grands cabinets. Or, notre « tissu juridique français » est composé de plus de 4 200 structures d’avocats répertoriées en 2005, dont seulement quelques 200 ont une taille supérieure à 100 avocats.

Ce système a ses adeptes puristes, qui prônent avant tout des atouts qui découlent directement d’une logique favorisant l’intérêt du cabinet au détriment de l’intérêt personnel. Au rang de ces derniers, on peut citer, la cohésion entre associés, le partage des dossiers entre avocats, le développement d’un jeu collectif, la prévention des conflits. Il ne faut pas non plus négliger les enjeux pour le client qui y trouve son intérêt si l’on part du principe que, selon ce mode opératoire, le dossier du client sera traité par l’associé le plus compétent dans le secteur donné. La méthode est censée le rassurer de part sa nature même: les associés n’étant pas rivaux, ils ne rechignent pas à faire intervenir le spécialiste sur le cas soulevé. Enfin, le lock-step veut offrir la possibilité de transmettre très progressivement le savoir, la clientèle et, plus généralement, tout ce qui constitue la valeur et le good will du cabinet, sans que prévalent les problèmes de rémunération qui peuvent perturber la vie courante jusqu’aux ruptures.

Toutefois, de part la pression à la hausse sur la rémunération des avocats et le contexte concurrentiel ambiant, on assiste à une modification substantielle de cet enseignement. Nombre de structures ont introduit des aménagements visant notamment à ne redistribuer qu’un pourcentage (encore élevé) du résultat selon la grille du lock-step, et à conserver une soulte qui sera partagée entre les plus performants. On voit donc apparaître la prise en compte des niveaux de profitabilité différents et de gestion de la performance ou de la contre-performance.

En réalité, sans écarter le lock-step qui a véritablement les avantages de l’équilibre, de la préservation des acquis et des intérêts des populations « vieillissantes ou montantes», c’est probablement vers une recette mâtinée que les cabinets s’orientent.
Cependant, pour qu’elle soit réellement pertinente, il faudrait qu’un système transparent d’évaluation des performances soit étudié et appliqué à tous, ce qui est loin d’être le cas. Cela rejoint également la problématique de l’évaluation du collaborateur dans son « chemin de l’association ».


Caroline Neveux - Jurimanagement

Le lock-step
© Tous droits réservés
<< Retourner au choix des Cahiers pratiques